Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
14 novembre 2012 3 14 /11 /novembre /2012 22:07

Bonjour, un petit post pour vous parler du cahier de lecture-écriture de mes grandes sections. De petit format, il est composé de 3 parties grace à des onglets découpés :

- partie 1 : mes sons

- partie 2 : mes mots

- partie 3 : mes histoires

 

La première partie reprendra un compte-rendu illustré de nos séances de découverte en lecture naturelle et la dernière partie regroupe les histoires personnelles de l'enfant. Il s'agit de dessins qui sont légendés par une ou plusieurs phrases recopiées sur l'ordinateur.

 

C'est la deuxième partie qui nous intéresse ici. L'objectif est de proposer aux enfants un corpus de mots liés aux différents projets de l'année. Ces mots sont illustrés et présentés dans les 3 écritures. L'idée qui me trottait dans la tête depuis longtemps c'était à la fois qu'ils soient autonomes pour utiliser leur cahier pour leurs productions écrites évidemment mais aussi pour s'entraîner à les reconnaître. En début d'après-midi, juste après avoir travaillé sur leur cahier de graphisme / calligraphie, les enfants peuvent prendre le cahier de lecture-écriture et s'entraîner tout seul ou à deux grace à cette présentation qui cache l'illustration des mots.

 

DSC01125.JPG

 

Grace à un simple pliage, on peut utiliser une feuille imprimée d'un seul côté et permettre de lever le cache pour découvrir l'illustration qui sert alors de repère puis d'auto-validation.

L'astuce supplémentaire : lorsque le cahier se ferme, les caches se referment automatiquement sans risque de s'abîmer...

 

J'ai décidé d'utiliser une couleur différente pour chaque projet afin de permettre aux enfants de retrouver plus vite les mots qu'ils recherchent. Voici en images le pliage du papier.

 

DSC01115.JPG DSC01116.JPG DSC01117.JPG DSC01118.JPG DSC01119.JPG

Les mots sont à

découpés en bandes

verticales.

Un premier pliage

pour isoler les

écritures minuscules

et cursives.

Un bout de ruban

adhésif permet 

une fixation rapide

et légère.

Un second pliage permet de

finaliser le dispositif. On peut

noter que dans toutes les positions, 

le modèle du mot

en majuscules reste visible.

 

L'utisation du ruban adhésif permet aussi de ne pas trop charger le papier en colle. On peut accentuer le pliage du papier en utilisant un abaisse-langue ou un batonnet en bois.

 

Vous trouverez ici le modèle pour créer vos propres mots cachés, il est en format open office.

Partager cet article

Repost 0
3 novembre 2012 6 03 /11 /novembre /2012 10:15

Bonjour, aujourd'hui j'ai envie de vous parler un peu du cahier de travail individuel de ma classe. Il s'agit d'un cahier petit format tout-à-fait classique que les grands utilisent en autonomie depuis le début de l'année. Je rappelle ici que la plupart de mes grandes sections étaient déjà avec moi l'an dernier, qu'ils connaissent donc le principe du travail individualisé (même si le support n'était pas le même l'an passé), je n'ai eu donc à accompagner ou à mettre en place de tutorat que pour les 7 nouveaux grands.

Dans ce cahier, sont regroupées les fiches de réussites que je propose à mes élèves. Pour ceux qui démarrent, j'ai l'habitude de proposer d'abord les fiches concernant les puzzles (car ils ont déjà pris l'habitude aux ateliers de découverte du matin de les sortir et de les ranger) et une fiche sur les prénoms de la classe à recomposer. Ces fiches simples permettent de prendre des repères dans la classe ainsi que de l'autonomie tout en douceur. Cela permet aussi de poser une base importante : l'activité choisie et accomplie doit être vérifiée soit par un adulte, soit par un enfant désigné (d'abord pour les puzzles et les activités simples), une fois validée, on peut apposer la date au tampon dateur. Précédemment, nous faisions des croix mais je trouve que la date permet aussi bien aux parents qu'à moi d'avoir une vue simplifiée sur ce travail important de la journée mais qui ne laisse pas d'autre trace que celle-ci.

 

Au fur et à mesure, les enfants viennent me demander ou je leur propose de nouvelles fiches : en fonction de leur avancement ou de leur attirance vers un certain type d'activité ou de matériel. Certains enfants sont plus lents que les autres mais je précise à la fin de chaque séance qui ne m'a pas sollicité pour vérifier son travail. Cela permet de mettre en évidence : un travail trop difficile actuellement pour l'enfant (on propose alors une autre fiche pour ne pas bloquer dessus, ou on apporte une aide fonctionnelle comme un affichage dans la classe ou un outil approprié au cas de l'enfant), parfois c'est un manque de repère dans la classe ou parce que l'enfant n'a pas bien compris la consigne lié au matériel, parfois c'est à cause du bavardage ou par une difficulté à faire un choix d'activité... dans tous les cas, montrer à l'enfant qui s'est "perdu" pendant ce temps-là qu'il a été repéré comme étant en difficulté (quelle qu'elle soit) va le remotiver et le relancer dans sa démarche d'apprentissage et dans son autonomie.

 

Pendant ce temps de travail individuel, je suis amenée à beaucoup me déplacer et les enfants me sollicitent de nombreuses fois, il faut alors instaurer des règles pour être sûr que chacun aura une réponse, aura son activité vérifiée et que tout cela se fasse dans le calme (sinon la surcharge auditive est trop importante...) et dans l'ordre (au sens de l'ordinal). Pour ce faire, il est un endroit précis sur un meuble où les enfants qui souhaitent être validés viennent déposer en pile leurs cahiers. Je récupère la pile et commence par la fin (donc premier cahier posé), j'appelle l'enfant qui me signale d'une main ou par la voix où il s'est installé (cela dépend surtout du matériel utilisé) et je le rejoint, vérifie, valide ou non et passe au suivant. Ce système semble très bien convenir à ma classe, les enfants savent que je viendrais les voir et du coup, il y a moins de déplacements et de harcellement. 

Cependant, il existe une exception à ce fonctionnement : un enfant qui a besoin de mon aide pour reformuler ou comprendre une consigne, s'installer ou trouver un matériel peut venir m'interpeller à tout moment. Soit je lui réponds immédiatement, soit je le dirige vers un enfant qui saura l'aider (parce qu'il est plus ancien, plus à l'aise dans la classe ou parce qu'il aura déjà travaillé sur la fiche de réussites concernant l'activité choisie).

 

Chaque vendredi après-midi, nous faisons le point sur le travail individuel en présentant parfois une nouvelle fiche ou un matériel mis en circulation, il y a un rituel très attendu par les enfants : pour chaque type de fiche de réussites terminée dans la semaine, j'appelle les enfants concernés et colle sur la fiche en question une gommette en forme d'étoile dorée (cela fait vraiment son effet...). Je les félicite par quelques mots... les enfants sont alors très enthousiastes face aux réussites de leurs camarades et souvent ils applaudissent. Je termine ce petit moment en félicitant les enfants qui sont presque à la fin d'une fiche ou ceux qui ont montré de la motivation ou des progrès particuliers au cours de la semaine. La classe félicite aussi et du coup, tout le monde y trouve son compte. 

 

Certains enfants vont très vite et finissent plusieurs fiches de réussites pendant la semaine, nous les voyons régulièrement mais j'appuie un peu plus mes félicitations pour les enfants qui sont plus lents ou moins sûrs d'eux car chacun doit se sentir important. Ce n'est pas le "bon travail" qui est mis en valeur ici mais plutôt la tenacité et le fait d'aller au bout d'un travail engagé, c'est pour cela qu'il est important que chaque fiche ne comporte pas trop d'éléments, les niveaux doivent être bien réfléchis afin de permettre même aux plus en difficultés d'aboutir dans des temps raisonnables à un degré supérieur.

 

Après environ un mois de classe, alors que les moyens avaient l'habitude pendant le temps de travail individuel des grands de travailler avec l'atsem ou en autonomie sur d'autres activités de petit groupe, je leur ai proposé leur propre cahier de travail individuel, pour le moment, ils sont rangés à part des autres et les moyens sont plus encadrés mais ce temps-là était nécessaire pour créer en eux une grande envie de faire "comme les grands", ils sont donc très investis et demandent déjà de nouvelles activités.

 

Cette forme de travail est devenue depuis plusieurs années incontournable dans ma classe, elle permet de développer la prise d'initiatives, l'investissement personnel, l'autonomie et de s'appuyer sur les besoins réels de chaque enfant pour le faire progresser à son rythme. Cela complète parfaitement les autres moments d'apprentissages plus cadrés menés par l'enseignante autour des projets.

Dans notre emploi du temps, le travail individuel se situe après la récréation du matin, durant 35 à 45 minutes suivant les jours, et ce jusqu'au départ de l'atsem pour sa pause repas. Parfois, ce travail est reconduit en fin d'après-midi après la récréation lorsque l'atsem est de nouveau parmi nous. Cette tranche horaire peut parraître longue mais il faut du temps pour choisir son activité, prendre le matériel, s'installer, commencer le travail et le faire valider, poursuivre ou entammer une nouvelle fiche.

C'est toujours un moment "phare" de notre journée.

Partager cet article

Repost 0
Créer un blog gratuit sur overblog.com - Contact - CGU -